Espace adhérents

Foire aux questions

 
point
  • Nous sommes cachés mais nous sommes partout ! Nous fabriquons des composants et systèmes qui s’intègrent dans de plus grands ensembles.
  • On retrouve nos composants et solutions dans les trains, les bateaux, les avions, les éoliennes, les voitures, les machines agricoles, engins de BTP, les imprimantes, les appareils électroménagers, la Wi…
  • Nos métiers permettent de créer toutes ces choses mais ils servent avant tout à les optimiser. Nous améliorons leur rendement, leur efficacité, leur sécurité, leur maintenance…
  • Nous faisons en sorte que ces composants respectent les normes liées par exemple au recyclage des produits. C’est pour cela qu’il faut sans cesse créer de nouvelles idées répondant aux attentes de plus en plus éco-responsables de nos clients et de la société en générale.
point
  • Il faut se sortir de la tête les stéréotypes que l’on a de l’industrie. Ce n’est ni Germinal d’Emile Zola, ni Les Temps modernes de Chaplin. Il ne s’agit pas de travailler à la mine, ou de travailler les mains dans le cambouis toute la journée à respirer des matières toxiques !
  • L’Industrie française a su évoluer. Nous travaillons à développer des produits de haute technologie et cherchons sans cesse à nous renouveler pour rester concurrentiel. Notre plus-value, c’est notre capacité de Recherche et de développement. Nos produits sont de haute précision et demandent un grand savoir-faire qui ne peut être exporté facilement.
point
Le problème est que pour produire un produit lambda, il est souvent moins couteux de le faire fabriquer à l’étranger. L’avenir de nos métiers réside donc dans notre capacité à évoluer, à se renouveler sans cesse. C’est entre autre ce qui rend cela passionnant. Nous devons faire valoir la qualité et la compétence de notre main d’œuvre. C’est pourquoi nos entreprises mettent particulièrement l’accent sur la recherche et le développement. Nous fabriquons de plus en plus de produits non standardisés afin de s’adapter à des demandes précises.
point
  • C’est par l’innovation que nous pourrons rester concurrentiels. Nous développons de plus en plus de produits et solutions adaptés aux besoins des clients. Il faut penser ces solutions.
  • La mécatronique est un bel exemple de l’évolution de nos métiers. On ne se cantonne plus à la mécanique pure, on y associe l’informatique, l’électronique et de nouveaux moyens de communication pour créer des solutions nouvelles.
  • C’est pour cette raison que nous avons tant besoin de jeunes prêts à s’ouvrir aux nouvelles technologies. Ils apportent des idées nouvelles. Ils sont l’avenir de nos métiers.
point
Là encore, il faut dépasser ses préjugés. La sécurité est la préoccupation première de toutes nos entreprises.

Tout est pensé et réglementé pour éviter les accidents. Nous développons des prototypes et pensons les produits et solutions en amont, dans nos Bureaux d’études afin de minimiser au maximum les risques. Vous pouvez vous tordre la cheville en descendant un trottoir.

Le risque zéro n’existe pas dans la vie en général, mais le code du travail protège les employés autant que possible. De même, tous les métiers peuvent être fatigants, mais pour les métiers les plus éprouvants physiquement, le temps de travail est aménagé.

Les formations du personnel et le travail en équipe permettent aussi d’éviter tous les risques.
schema



Un amalgame est très souvent fait entre l’automobile est l’Industrie. L’Industrie, ce n’est pas que l’aéronautique et l’automobile.

Quand on regarde les différents métiers d’Artema, l’automobile n’est pas le secteur client le plus important. Nous ne dépendons donc pas toujours de la bonne santé du secteur automobile
stage Des idées nouvelles. De nouveaux points de vue… Nos métiers sont à la base des métiers de la mécanique, mais nous nous efforçons de nous ouvrir à d’autres technologies afin d’offrir des solutions globales toujours plus poussées.

Les diplômés en mécatronique, par exemple, sont très recherchés dans nos entreprises puisque ces jeunes arrivent avec une vision globale des différentes technologies. Ils font travailler ensemble des mécaniciens, des électroniciens, des informaticiens qui vont pouvoir ainsi développer de nouveaux projets.
point
C’est même essentiel pour nous. Il est assez fréquent qu’un poste soit pourvu à l’issue d’un stage de fin d’études ou d’une formation en alternance. C’est un excellent moyen de former les jeunes et de les préparer à la spécificité de nos métiers. En accueillant les jeunes en alternance, ils acquièrent une expérience moins théorique de nos métiers de haute technologie.
point
  • Le monde du travail fait peur et nous avons toujours l’impression d’être sous qualifié. Il faut bien comprendre qu’il existe des postes exigeants différents degrés de qualification.
  • Les formations qualifiées permettent de se spécialiser avant le baccalauréat mais certains postes demandent des qualifications telles qu’aucune formation proposée par l’Education nationale ne peut les fournir.
  • Les formations internes aux entreprises permettent dans tous les cas de parfaire sa formation et de se spécialiser dans un domaine particulier. Ces formations peuvent même être reconnues au niveau européen et donnent une vraie plus-value à votre parcours professionnel.
  • Les stages ou l’alternance sont aussi d’excellents moyens de s’essayer à différents domaines pour voir ce qui nous plait et décider de se spécialiser dans tel ou tel domaine.
point C’est faux. Ce livret démontre bien que nos entreprises ont besoin de sang neuf dans tous les secteurs. Cela va de l’opérateur à l’ingénieur, en passant par les techniciens, les ressources humaines ou le marketing.
point
Ce qui est important, ce sont les responsabilités que l’on vous donne. Il y a des avantages et des inconvénients dans les deux. C’est avant tout un choix personnel. Ce qui est certain, c’est qu’une PME peut vous offrir les mêmes possibilités d’évolution qu’un grand groupe. Les PME peuvent tout autant se développer à l’international et travail à l’export. PME ne signifie pas franco-français et travailler dans un grand groupe ne signifie pas "travail à la chaine". Il faut choisir en fonction de ses attentes, de ses envies, de son tempérament…
point
La période d’essai fait toujours peur. Mais c’est autant un essai pour le jeune que pour l’entreprise.

Si l’entreprise peut mettre un terme à votre contrat, vous le pouvez aussi sans rendre de compte. Il ne faut pas oublier que si l’entreprise embauche, c’est qu’elle est en besoin.

L’employeur est conscient qu’une période d’essai n’est pas suffisante pour être totalement opérationnel à un poste et c’est également rassurant pour le jeune de savoir que son poste pourra évoluer au-delà de sa période d’essai.
point
C’est comme dans tous les secteurs, le salaire dépend de son niveau de qualification. Les études que l’on a fait, notre spécialisation, l’expérience... jouent sur notre salaire.

Notre secteur d’activité ne paie ni mieux, ni moins bien qu’un autre. Il n’y a pas non plus d’énormes différences entre les salaires d’un grand groupe et ceux d’une PME.
point
Nos entreprises développent beaucoup les formations continues. Elles permettent de se spécialiser, ou de compléter sa formation initiale pour faire évoluer son poste.

Les entreprises n’attendent que ça. Plus vous développerez vos compétences, plus vous serez apte à vous diversifier. Nos entreprises sont tout à fait conscientes que si elles veulent conserver leur personnel, elles doivent offrir des perspectives d’évolutions.

L’implication dans son travail et dans l’entreprise est toujours enrichissante, tant au niveau personnel que professionnel.