Espace adhérents

Technologies

Une réponse aux besoins des utilisateurs

Il faut  répondre aux besoins des constructeurs et intégrateurs en matière d’augmentation des performances, de sécurité, de maintenance et de baisse des coûts
avion
Ainsi la mécatronique apporte une réponse toujours plus imaginative et plus adaptée aux problématiques qui lui sont soumises : gain de poids et de volume comme dans les systèmes de commande de vol de l’Airbus A 380 (gain de poids de 1T pour une sécurité accrue), souplesse et précision de la tension des fils dans les machines textiles, optimisation de la consommation d’énergie, positionnement précis d’outils pour le matriçage ou l’usinage… Ceci concourt à une amélioration permanente des performances et de la productivité des équipements industriels, réduisant les temps de mise sur le marché, permettant des simulations en amont qui réduisent les temps de conception et d’assemblage, assurant une maintenance plus fine, garante d’une meilleure sûreté de fonctionnement et porteuse d’une réduction des coûts d’entretien.

Pendant longtemps, la juxtaposition des technologies a permis d’automatiser les processus et de développer de nouvelles possibilités dans les applications industrielles.

La mécatronique fait franchir une nouvelle étape dans l’optimisation des fonctions et dans la souplesse des systèmes.

Mécatronique et Usine du futur

L’usine du futur sera mécatronique
innovation
L’usine du futur est un concept générique d’usine idéale qui s’inscrit dans une prise de conscience générale de l’importance de l’industrie manufacturière dans la richesse nationale. Les industriels de la Mécatronique ont pour certain déjà franchis cette étape en équipant leurs propres usines de machines numériques améliorant leur performance et leur compétitivité. Mais au-delà de cet aspect, ils travaillent chaque jour à équiper toute l’Industrie de composants et solutions de haute technologie. La Mécatronique se situe au cœur même de l’usine du futur.
Pour les industriels de la mécatronique, le nouveau modèle d’usine se décline en plusieurs objectifs : Une usine compétitive, attractive, tournée vers ses clients, capable de produire des solutions complètes avec les services associés. Une usine centrée sur l’humain, sûre et silencieuse, économe en énergie…

Des solutions mécatroniques existent déjà pour atteindre ces objectifs. Elles permettent de penser une usine numérique et connectée avec une communication instantanée et continue qui améliore sensiblement la production, la performance énergétique et la maintenance des installations.
Des solutions proposant de nouveaux procédés ou modes de fabrication, de nouveaux matériaux intelligents, des solutions hybrides, des capteurs miniaturisés, communicants et autonome rendant les systèmes de production de plus en plus performants. Des robots intégrant des systèmes mécatroniques les rendant de plus en plus coopératifs et collaboratifs prenant en compte les besoins humains…

La mécatronique qui associe la mécanique, l’électronique (en particulier les capteurs et codeurs), l’informatique et les technologies de la communication (TIC) joue un rôle important dans l’usine du futur. Elle est un facteur d’optimisation des procédés : fiabilité accrue, meilleure productivité, performance énergétique, économie de matière, …
Car il ne faut jamais oublier que ces solutions existent pour répondre aux besoins des clients. A chaque application, sa solution mécatronique, qu’elle soit hydraulique, pneumatique, mécanique, électrique ou hybride.

Sûreté de fonctionnement des systèmes mécatroniques

Le groupe mécatronique d’Artema  a démarré un projet partenarial ambitieux sur la conception et la fiabilité des systèmes mécatroniques.
Avec l’appui de financement F2i (Fonds pour l’Innovation dans l’Industrie de l’UIMM), ARTEMA « porteur de projet » s’est appuyé sur les ressources du laboratoire SYMME de l’Université de Savoie et du Cetim pour développer son projet.
assemblage
Découpé en 3 phases, le projet a démarré par une étape recherche, analyse des méthodes existantes en fiabilité/sureté de fonctionnement mécatronique avec prise en compte des outils associés.
Confiée à deux étudiants de Polytech Annecy -Chambéry, cette recherche a abouti à une soutenance (avec rapport) de Projet de Fin d’Etude en présence des industriels du Groupe Mécatronique d’ARTEMA.
La seconde phase du projet F2i s’est poursuivie avec le concours des deux professeurs du laboratoire SYMME, du CETIM, et des industriels du groupe mécatronique. Deux systèmes mécatroniques industriels ont bénéficié de la mise en place d’outils méthodologiques pour évaluer leur fiabilité. Cette phase a fait l’objet d’un rapport remis aux industriels, et d’une note de synthèse présentée au Groupe mécatronique.
La troisième phase du projet ; mise en place d’un module de formation expérimental destiné principalement aux PME d’ARTEMA, a permis d’identifier les outils industriels indispensables pour traiter de la fiabilité mécatronique.
Les systèmes industriels mécatroniques traités en phase 2 ont servi d’exemples applicatifs au cours de cet apprentissage de 2 jours. Ce module de formation a fait l’objet d’une évaluation.

Etape par étape, les choses avancent. La fiabilité du produit et la sureté de fonctionnement sont abordées  conjointement, méthodiquement, mécatroniquement. Un partenariat fort s’est installé entre industriels, universitaires et syndicat professionnel au cours de cette première année.  

Au delà des aspects purement expertises et recherches universitaires, le lien est fait avec les industriels pour apporter de la valeur ajoutée aux PME et entreprises d’ARTEMA qui souhaiteraient franchir le pas de la mécatronique avec les meilleures armes.
La formation, qui s’inscrit dans le prolongement des travaux engagés, prend une place essentielle dans les objectifs attendus du projet pour 2011. Les attentes sont fortes de part et d’autre pour poursuivre l’action en direction d’une thèse universitaire  en 2012, interfacée avec les besoins des industriels qui souhaitent évaluer plus finement leurs fiabilités mécatroniques. C’est par l’innovation que les entreprises produisant en France pourront valoriser leur savoir-faire et rester compétitive à l’International. Les bureaux d’études regorgent de talents plein d’inventivité en France ; Aidons-les à innover.